Maison en bois : bâtir écologique !

Maison en bois : bâtir écologique !

Plusieurs systèmes constructifs respectueux de l’environnement,dont la maison à ossature bois, sont possibles. Chacun possède des qualités et des inconvénients. Quelques pistes pour opter en connaissance à cause avec, en toile de fond, un objet unique; bâtir écologique. Dans cet article, Nous allons discuter la construction maison en bois avec ses effets positifs et négatifs.

La dernière version des Trois petits cochons met en garde contre les constructions trop rapides. Mais en aucun cas les qualités des matériaux requis pour chaque maison ne sont remises en cause. Si le loup peut les détruire, c’est qu’il ne s’agit que de vulgaires cabanes fabriquées à la va-vite.

LE BOIS : la construction d’une maison à ossature bois

Le bois offre à lui seul bien des possibilités techniques et esthétiques. Outre la MOB (Maison ossature bois) et la maison à colombages, deux techniques de construction sont envisageables : les constructions en poteaux-poutres (version moderne du colombage) et le chalet. La maison en poteaux-poutres ne possède pas de murs porteurs. Les sections assemblées bois contre bois (assemblage dit « moisé ») sur toute la hauteur de la maison forment le squelette et offrent une grande liberté architecturale. Un inconvénient : un chantier dont la durée est plus longue et un coût de construction plus élevé que pour une MOB. Quant aux chalets, ces constructions à fuste ou madriers, il s’agit d’habitations érigées en empilant des rondins ou des éléments de section carrée. Pour une bonne isolation, une bande d’isolant (de laine de mouton ou de lin par exemple) est agrafée entre chaque section.

maison-ossature-bois
Construction à ossature bois et bardage bois réalisée. Isolation en fibre de bois et ouate de cellulose, pompe à chaleur géothermique et production solaire. Peintures intérieures à la caséine

Naturel, durable, renouvelable lorsque les forêts sont gérées durablement, isolant, moins conducteur thermiquement que le béton ou l’acier et plus léger également (une maison bois de 100 m2 sur deux niveaux pèse 70 tonnes contre 200 pour une construction « en dur »), le bois est un matériau des plus intéressants pour la construction. A l’instar d’une construction en chanvre, le sentiment de bien-être est ressenti dès 18°C et la sensation de chaleur est accrue.

Le bois, faiblement effusif (il stocke peu la chaleur ou le froid) diminue l’impression de froid. Hygroscopique, ce matériau noble absorbe et rejette la vapeur d’eau pour créer une atmosphère douce et feutrée, sans charge électrostatique. Les murs sont moins épais que les parois en maçonnerie, après ajout de l’isolant. D’où un gain de surface habitable (env. 10%). Inconvénient : le bois, matériau à faible inertie thermique (il ne dispose pas de la capacité à stocker puis restituer la chaleur accumulée dans un temps plus ou moins long). Un « défaut » que l’on compense par la présence d’éléments à forte inertie thermique, comme l’élévation d’un mur « capteur» en pierre ou en béton derrière une vitre.

maison bois
L’ossature bois, la géothermie, la production solaire, les matériaux d’isolation : fibre de bois, ouate de cellulose et les peintures à la caséine ont répondu à l’approche environnementale si chère à la maîtrise d’ouvrage.

Les maisons bois sont pourtant l’apanage des régions froides, notamment parce que le matériau restitue intégralement et très vite la chaleur produite par les systèmes de chauffage. En revanche, dans les climats chauds, pierre, brique alvéolaire ou terre cuite permettent d’accumuler lentement la chaleur de la journée et de la restituer la nuit.

Post Comment