Maison à ossature bois ou maison en dur traditionnelle ?

Maison à ossature bois ou maison en dur traditionnelle ?

En Europe, et plus particulièrement en France, l’immobilier à une valeur patrimoniale extrêmement ancrée et liée à « la pierre ». A tel point que l’expression « investir dans la pierre », le pendant de l’américain « brick and mortar », est un synonyme d’immobilier au sens large.
Pourtant, si les constructions ‘légères’ en bois venues des états-unis nous semblent à juste titre vraiment plus fragiles que les nôtres, tous les pays du nord de l’Europe construisent massivement en bois et ne ressemblent pas pour autant à un tas d’allumettes lors des passages de xynthia ou autres tempêtes du siècle !

Alors pourquoi cette peur de la construction bois, qui heureusement semble s’estomper ?

  • La peur de la légèreté
  • La peur d’une dégradation naturelle (pourrissement, termites)
  • La peur du feu

La contemplation des magnifiques maisons médiévales de villes comme dînant ou Colmar devrait pourtant vous rassurer : si ces maisons ont tenu 500 ans, vous devriez pouvoir faire hériter la votre à vos enfants !

Pour la légèreté (à opposer à la « masse » de l’agglo ou des briques), on considère qu’une maison bois doit être fermement liée à ses semelles, ce qui la rend tout aussi résistante qu’une maison « lourde » aux pires tempêtes. Nos amis Danois et suédois en savent quelque chose !

Les dégradations naturelles des maisons récentes, en bois parfaitement séché et traité, équipées de pare-vapeur, naturellement sèches et complétées de VMC sont moins à craindre que les planchers et charpentes des maisons ‘en dur’ de nos aïeux : les terribles mérules et autres vrillettes nécessitent des bois à la limite du pourrissement pour se développer, qu’elles ne trouveront pas dans une maison bois bien réalisée.

Enfin, le feu : pour faire appel à la raison nous pouvons se poser cette question : quelle maison en brique connaissez-vous qui ait résisté correctement à un incendie sans devoir être détruite ?
Paradoxalement, là ou une ossature acier va fondre et une brique casser, un plancher hourdi lâcher brutalement, le bois va garder sa résistance un grand moment – il est ensuite possible de faire une reprise de la partie brûlée. Concernant les équipements électriques, les poseurs ont tendance, par peur de l’incendie à surdimensionner leur câblage et à doubler les murs en Fermacell (M0) plutôt qu’en placoplâtre afin de s’assurer d’une barrière incombustible entre un feu et la structure des murs.
Bien qu’il n’y ait pas de statistiques sur le sujet, il y a fort à parier que les maisons bois d’aujourd’hui subissent moins d’incendie et y résistent mieux que le pavillon brique ‘standard’.

maison en bois moderne
Maison en bois moderne

Quels avantages à la construction bois ?

Ils sont légions ! Une fois dépassé ces peurs typiquement latines, on découvre que la construction bois, faisant partie avec l’acier des ‘filières sèches’, présente des avantages déterminants :
Un temps de construction plus court :
Quelques mois à une demi-année d’évité, et ce sont des milliers d’euros de moins à régler en location. cela peut même décider d’une capacité de financement à 33%, en déduisant ces loyers de vos charges.
Une meilleure isolation.
Le bois est un isolant, de fait lorsque la structure même est isolante, l’ensemble présente (si les caissons de l’ossature sont très correctement isolés, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas) une meilleure isolation et une absence de rupture de pont thermique ‘en standard’ . Ce qui se traduit en économie d’énergie tout au long de la vie de la maison.

Une maison plus saine et respirante.
Avec un pare-vapeur respirant (attention toutes les maisons bois n’en sont pas équipées), c’est toute la surface des murs qui vient compléter la VMC pour évacuer l’humidité résiduelle et garanti un air sain et sec.
Comme cela fonctionne dans les deux sens, si l’air intérieur est plus sec (en été par exemple) la perspiration (c’est le terme) des murs va équilibrer naturellement l’hygrométrie du lieu. On considère que ces maisons sont moins sujette à des problèmes hygrométriques en cas de défaillance temporaire de la VMC et qu’elles présentent moins d’acariens.
Pour rester objectif, cette perspiration n’est pas l’apanage exclusif des maisons bois, d’autre procédés constructifs, comme le béton cellulaire (Syporex®, thermopierre®….) , certaines briques monomur sont aussi perspirants.

Une sensation ‘murs froids’ impossible

Le bois massif étant naturellement isolant, il présente un différentiel de surface moins élevé qu’un matériau lourd, la sensation de mur froid est éliminé. Combiné à la gestion de l’hygrométrie, cet effet explique probablement (effet placébo compris 😉 ) l’impression de bien être ressenti par de nombreuse personnes dans les maisons bois et des chalets…

Parlons argent : c’est moins cher ou plus cher une maison bois ?

Dans les pays habitués à créer en bois depuis toujours, le bois est considérablement moins cher que l’agglo ou la brique, réservé à des placages de façades – et en massif, aux bâtiments publics, ou de ‘prestige’.

En France, sauf pour des maisons bois importées ou industrialisées , elle peut coûter d’un prix équivalent à légèrement plus cher. gageons que ces tarifs vont fortement baisser avec les prises d’habitudes et la concurrence.

Dernière précision logique mais pas innée, une maison en bois peut évidement prendre toutes les formes : maison en L, maison carrée, maison rectangulaire, maison allongée…

Post Comment